« Eveil des sens au Moulin de Chavannes-sous-Orsonnens »

Odile et Dominique accueillent chaleureusement notre petit groupe dans ce joli coin de pays. Même le soleil n’a pu résister à être de la partie.

Le ruisseau murmure au près du moulin qui continue sa vie habité par la forge d’art et ses nombreuses œuvres, plaisir des yeux, magie des lieux. Odile et Dominique nous ont préparé une conférence sur le moulin mêlant histoire et enfance.

En guise de bienvenue, nous apprenons d’Odile l’histoire de ce canton libre ; comment, grâce à la générosité d’un charbonnier, le Duc de Zaehringen  a eu l’idée de créer la ville et le blason de Fribourg, noir en haut et blanc en bas…

Les moulins hydrauliques n’ont plus de secrets pour nous, ni la bataille des rats et des chats du pays de Galles, merci Dominique. Pour terminer ce bel après-midi, une petite promenade au fil de l’eau et des rencontres insolites avec l’art, puis un délicieux 4 heures sous le soleil radieux.
Denise Dunant

« Oralité dans la cité »

Accueil très chaleureux à la bibliothèque de Nyon par Marie-Claude, bibliothécaire et par Olivier, amoureux de longue date de la cité de Nyon. Après les traditionnelles informations données par Fabienne, présidente de l’Arbre à Contes, nous dégustons la maintenant traditionnelle soupe maison et partageons pain, fromage, vin et gâteaux dans une ambiance joyeuse. A 20h00, la pluie battante a raison de la visite prévue des principaux lieux d’oralité visibles dans la cité d’aujourd’hui. Nous nous rendons donc directement au Musée romain, sur le site de l’ancien forum, lieu privilégié de l’oralité dans la bourgade antique. Ce lieu nous est ouvert exceptionnellement  le soir pour  notre rencontre consacrée à l’Oralité dans la cité.

Ensemble, avec Marie-Claude, par la lecture de textes savoureux retrouvés dans les archives et avec Olivier par des images d’autrefois, nous avons découvert, avec intérêt et au travers d’échanges oraux entre les participants et les animateurs – donc en pleine oralité – des  lieux d’échanges de paroles dont nous ne sommes la plupart du temps pas vraiment conscients. Quels sont-ils donc ces fameux lieux d’oralité ?

L’église avec ses ministres et ses « ouailles ».

L’école, ses élèves et le « régent », plus respecté autrefois qu’aujourd’hui.

La salle du Conseil Communal (législatif) lieu d’interventions souvent cocasses. Croyez-moi, rien n’a changé et on continue à refaire la séance à la pinte, avec un verre de vin blanc.

Précisément les pintes, dont les murs pourraient raconter moult histoires, lieux de problèmes disséqués et de marchés conclus.

La place de fêtes et ses réjouissances « jambonesques ».

La cour de justice du tribunal et ses juges, hélas, se retrouvent également ici. Nous apprenons que c’est précisément  suite  à la condamnation d’un  triple meurtrier sous l’influence de la FEE VERTE , autrement dit l’absinthe (mérite-t-elle vraiment ce nom de fée ?), que ce breuvage a été interdit  au début du 20e siècle. Depuis peu, cette interdiction a d’ailleurs été levée.

Une bonne vingtaine de personnes a passé une soirée passionnante, pleine de découvertes, de rires et d’interventions bien à propos. Merci à Marie-Claude et à Olivier d’avoir su capter notre attention et notre plaisir. Leur compétence et leur humour nous ont séduits.
Evelyne Panchaud

« Racontages hors du temps »

Le vendredi 16 novembre, la Maison des contes et légendes de Dorénaz a ouvert grand ses portes pour accueillir 25 conteurs et amis du conte. Première rencontre autour d’une appétissante soupe du chalet et de délicieux gâteaux. Les corps rassasiés, les esprits étaient prédisposés à une deuxième rencontre…

…avec la maison elle-même. Celle-ci a dévoilé ses recoins : sombres et inquiétants au rez-de-chaussée, à l’ancienne autour du pierre ollaire et chaleureux au grenier. Mais impossible d’apercevoir les fées !

Rencontre ensuite avec les forces telluriques qui favorisent l’apparition de la Vouivre.

Rencontre enfin au travers des histoires et récits avec une vouivre multiple et changeante…

Une seule constante, un œil de pierre éblouissant au milieu du front ! Encore un dernier moment d’échange entre les participants… et c’est ainsi que cette soirée s’est finie !
Laurette C

«Paroles du désert»

Par delà les dunes de verdures des contreforts du Jorat plusieurs caravanes sont arrivées, au soir du 24 août 2007, chez Marie-Claire Cavin-Piccard à Boulens. Là, un «homme bleu», touareg accueillant, nous attendait devant deux tentes constituées de solides piquets de bois supportant les grands tissages en poils de chèvres qui allaient nous abriter pendant l’écoute des «Paroles du désert». Dès 19 h 00, la Présidente a bien vite fait les salutations d’usage et ouvert l’accès aux tréteaux sur lesquels avaient été déposés une abondance de biens et de plats plus succulents les uns que les autres.

Mais dans ces contrées aussi, le jour décline, l’air fraîchit et vient le temps de se regrouper sous la tente pour écouter contes et évocations. Cet échange par la parole qui nous est si cher, surtout quand il est agrémenté de notes d’oud et d’accordéon.

La chouette au loin, le cheminement de la lune dans le ciel clair, ont sonné l’heure du départ dans le balaiement des phares de nos méharis modernes, le cœur réjouit et l’âme sereine. Un beau premier «Cercle de conteurs» de cette saison 2007-2008.
Olivier Rychner